Accueil / retraite / Retraite : ce qui change en 2016

Retraite : ce qui change en 2016

coinsQui dit nouvelle année, dit nouvelles règles en matière de retraite. L’année 2016 ne fait pas exception. Au contraire, retraités et même actifs doivent s’attendre à avoir un pouvoir d’achat un peu plus rogné, à cause de nombreux changements cette année, à commencer par l’entrée en vigueur de l’accord sur les retraites complémentaires. Revue de détails.


Hausse des cotisations retraite

Les cotisations d’assurance vieillesse continuent d’augmenter pour les employeurs mais aussi les salariés, afin de permettre de financer des départs à la retraite à 60 ans des salariés ayant une longue carrière et la réforme des retraites de 2014. Ainsi, la cotisation plafonnée au montant du plafond de la Sécurité sociale, soit 3 218 euros, passe pour les salariés de 6,85% à 6,90%. La cotisation déplafonnée, c’est à dire calculée sur la totalité de la rémunération versée au salarié, passe de 0,30% à 0,35%.

De plus, nouveauté pour les cadres et cadres dirigeants de la tranche C, c’est à dire les salariés qui touchent entre 4 et 8 fois le plafond de la sécurité sociale, soit de 12 872 euros à 25 744 euros par mois : ils devront désormais cotiser, comme les salariés de la tranche A et de la tranche B, à l’Association pour la gestion du fonds de financement (AGFF), à hauteur de 0,9%. Une mesure prévue par le récent accord sur les retraites complémentaires destiné à renflouer les caisses. L’AGFF permet aux cotisants de bénéficier de la retraite complémentaire Agirc et Arrco sans abattement dès 62 ans pour un départ avant l’âge du taux plein, sous réserve d’avoir atteint la durée de cotisation requise selon leur année de naissance.

1 450,5 euros pour valider un trimestre

Pas vraiment de coup de pouce pour le SMIC, mais une simple hausse légale en fonction de l’inflation, soit 0,6%. Le SMIC horaire passe de 9,61 euros à 9,67 euros bruts, soit 1 466,62 euros bruts par mois, représentant une augmentation de 9,10 euros mensuels. Conséquence pour la retraite : il faut avoir cotisé sur la base d’un revenu mensuel correspondant à 150 fois le montant du SMIC horaire pour pouvoir valider un trimestre.

Ainsi, en 2016 il vous suffira de gagner 1 450,50 euros bruts pour valider un trimestre, 2 901 euros pour valider 2 trimestres, 4 351,50 euros pour valider 3 trimestres et 5 802 euros pour valider 4 trimestres.

Cette hausse du SMIC impacte également le Plafond de ressources pour l’attribution d’une pension de réversion. Pour en bénéficier, les revenus du conjoint survivant ne doivent pas dépasser 2 080 fois le montant du SMIC horaire pour une personne seule, soit 20 113,60 euros par an, et 3 328 fois pour une personne vivant à nouveau en couple, soit 32 181,76 euros annuels.

6 nouveaux facteurs de pénibilité

Meilleure nouvelle pour certains salariés : à partir du 1e juillet 2016, six nouveaux facteurs permettront d’évaluer la pénibilité au travail. Le compte pénibilité n’était entré en vigueur que partiellement l’an passé avec seulement 4 facteurs reconnus. Désormais, 10 facteurs de pénibilité seront pris en compte pour permettre aux salariés exposés à des travaux pénibles de cumuler des points pour se former, travailler à temps partiel ou partir plus tôt à la retraite :

  • Travail en équipes alternantes
  • Travail de nuit
  • Travail répétitif
  • Milieu hyperbare
  • Manutention manuelle de charges
  • Postures pénibles
  • Vibrations mécaniques
  • Agents chimiques dangereux (dont fumées et poussières)
  • Températures extrêmes
  • Bruit

Pas de revalorisation pour les retraites complémentaires ?

Les temps sont pénibles, également, pour les retraités. Comme le prévoit l’accord signé fin octobre 2015 entre le patronat et 3 syndicats, à partir de 2016, la revalorisation annuelle des retraites complémentaires n’aura plus lieu le 1e avril mais le 1er novembre. Ainsi, les pensions des retraités seront gelées pendant 7 mois supplémentaires. Mais, avec le nouveau mode de calcul, il se peut que cette revalorisation se révèle nulle.

En effet, pendant 3 ans, l’accord pour sauver les retraites complémentaires prévoit une sous-indexation des pensions. Pour faire des économies, la revalorisation des pensions sera inférieure d’un point par rapport à l’inflation. Or, en 2016, l’INSEE prévoit une hausse des prix de seulement 1%, ainsi, la revalorisation devrait être de 0%. Il faudrait donc pour les retraités attendre le 1e novembre 2017 pour espérer voir leurs pensions de retraite complémentaire augmentées.

Autant de nouvelles règles qui doivent inciter tout un chacun à prendre la meilleure des résolutions en ce début d’année : bien préparer et anticiper sa future retraite dès que possible.

À propos stephannecoignard

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Voir aussi

retraite_ile_maurice

Où passer sa retraite en 2016 ?

Le guide Retraite sans Frontières, édité par le site retraite-etranger.fr, a publié son top 10 ...