Accueil / retraite / L’épargne immobilière a la cote auprès des Français

L’épargne immobilière a la cote auprès des Français

Epargne immobilièreLe groupe PERIAL, spécialiste de l’épargne immobilière, a publié fin novembre 2015 les résultats de son premier baromètre annuel sur « l’épargne immobilière ». Aussi appelé « pierre-papier » ce produit d’épargne, méconnu du grand public, semble pourtant avoir tous les atouts pour en séduire plus d’un.


Prudence et sécurité, les maître-mots des épargnants Français

D’après le baromètre du groupe PERIAL, les Français se placent parmi les premiers épargnants d’Europe avec 16% de taux d’épargne, c’est-à-dire qu’ils placent 16% de leurs revenus. De plus, pour 43% des Français, l’épargne est un sujet majeur.

Cependant, ils ne sont pas prêts à prendre des risques concernant leurs placements. En effet, 95% d’entre eux estiment avoir une attitude prudente ou équilibrée lorsqu’ils mettent de l’argent de côté. Cette prudence peut s’expliquer par leur sentiment d’être mal ou très mal informés en matière d’épargne et, d’après le baromètre, c’est le cas pour 43% des Français. Ainsi, lorsque l’on leur demande de classer les critères qu’ils prennent en compte au moment de choisir un placement pour leur épargne, les personnes interrogées sont 29% à mettre la sécurité en première position. Seulement 8% mettent le couple rendement/risque en première position, et 7% la capacité du placement choisi à préparer leur retraite. Pourtant, 93% des Français jugent l’épargne indispensable pour préparer sa retraite.

Ainsi, les épargnants se tournent plus vers des placements reconnus comme sûrs. C’est donc sans surprise que 42% des personnes interrogées possèdent au moins une assurance-vie, et 82% un ou plusieurs livrets d’épargne. L’épargne immobilière, elle, arrive seulement à la 7e position des placements les plus détenus.

Qu’est-ce que l’épargne immobilière ?

Il existe différentes formes de structure. Tout d’abord, la Société Civile de Placement Immobilier (SCPI) qui permet d’investir dans l’immobilier locatif sans avoir à prendre en charge la gestion quotidienne du bien. Elle est non cotée en bourse et a pour objet la collecte de fonds pour l’acquisition de biens immobiliers dont les revenus sont redistribués (tous les trimestres généralement) aux porteurs de parts. Investir dans une SCPI permet de devenir propriétaire d’une partie d’un parc immobilier tout en répartissant les risques. Le capital social minimal est de 760 000 € avec un montant nominal des parts de 150 €. La durée de vie d’une SCPI varie généralement de 12 à 50 ans selon le type de valorisation recherché.

L’Organisme de Placement Collectif Immobilier (OPCI) vous permet d’investir dans la pierre à partir de quelques milliers d’euros. Les OPCI ont été créés en 2004 du fait d’un inconvénient majeur des SCPI : elles ne sont pas liquides. Aujourd’hui, ces organismes permettent à une multitude d’épargnants de mettre en commun leurs capitaux. Ils sont ensuite réinvestis dans des biens immobiliers : des bureaux, des hôtels ou encore des commerces. Ces biens sont expertisés par deux évaluateurs indépendants désignés pour une durée de 4 ans et agréés par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF).

D’autres types de structure existent mais sont moins connus comme les sociétés foncières. Autant de choix susceptibles de plaire à un large panel d’épargnants français.

L’épargne immobilière, méconnue mais séduisante

Seulement 6% des personnes interrogées disent posséder un produit d’épargne immobilière ou pierre-papier et un peu plus d’une personne interrogée sur 2 dit connaître ce produit. Ainsi, pour Eric Cosserat, Président du Groupe PERIAL, l’épargne immobilière est insuffisamment connue : « Le paradoxe des Français c’est qu’ils épargnent beaucoup plus que la moyenne européenne, qu’ils adorent l’immobilier mais qu’au fond ils connaissent encore très peu l’épargne immobilière », a-t-il expliqué dans LesEchos.fr.

Et c’est dommage, car comme le montre le rapport, une fois que ce produit d’épargne est expliqué, il séduit. En effet, plus de la moitié des Français (52%) attribuent une note d’intérêt supérieure ou égale à 6/10 à cette forme d’épargne, en particulier les plus jeunes (62% des moins de 35 ans) et les Français les plus aisés (62%).

Ainsi, les Français sont d’accords pour dire que l’épargne immobilière gagne à être connue mais seront-ils pour autant prêts à bouleverser leurs habitudes d’épargne en 2016 ?

À propos stephannecoignard

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Voir aussi

retraite_ile_maurice

Où passer sa retraite en 2016 ?

Le guide Retraite sans Frontières, édité par le site retraite-etranger.fr, a publié son top 10 ...