Accueil / Fiscalité / L’épargne salariale en nette progression

L’épargne salariale en nette progression

epargne salarialeSelon les chiffres publiés le 6 octobre dernier par l’Association Française de la Gestion financière (AFG),  l’épargne salariale est en nette progression au premier semestre 2015. Le montant des actifs gérés au titre de l’épargne salariale par le biais de PEE et de PERCO atteint 119,8 milliards d’euros au 30 juin 2015, en nette hausse -+9 %- par rapport au au 31 décembre 2014.

L’explication : un bon niveau de souscriptions auquel s’ajoute la bonne performance des marchés d’actions sur la période concernée. Un point sur le paysage actuel de l’épargne salariale qui devrait profiter de certaines mesures votées en août dans le cadre de la loi Macron.

Les Fonds ISR en nette hausse

Comment la répartition des encours a-t-elle évolué sur les 6 premiers mois de l’année ?

Au 30 juin 2015, les fonds diversifiés représentent 61 % des encours. L’AFG précise qu’au sens de l’épargne salariale les fonds diversifiés sont  ceux qui sont « minoritairement investis en titres de l’entreprise où travaille le salarié ». Il peut donc s’agir de fonds actions, obligations, monétaires… Les fonds d’actionnariat salarié représentent donc 39 % des encours. Qu’il s’agisse des encours des fonds diversifiés et des encours des fonds d’actionnariat, les deux catégories progressent de 9 % sur six mois, au premier semestre 2015.

La plus belle progression revient aux investissements dans les fonds d’Investissement Socialement Responsables (ISR). Ces fonds représentent 21 milliards d’euros, soit une progression de 10,5 % sur un an. Pour rappel depuis le 1er janvier 2010, les entreprises ont l’obligation de proposer un fonds solidaire dans le cadre de leur plan d’épargne salariale. Hors actionnariat salarié, près d’1/3 des investissements «  est investi désormais selon une démarche ISR », note l’AFG.

Un nombre stable de comptes

Si le nombre de comptes d’épargne salariale reste stable, à 11 millions, l’intérêt marqué par les salariés est attesté par le montant des versements pour le premier semestre : 8,8 milliards d’euros. En terme de collecte nette (versements – retraits)  le montant reste à positif de 1,5 milliard d’euro.

Le nombre de détenteurs de PERCO progresse de 13 % à 2 millions pour des encours de 11,8 milliards d’euros, en hausse de 22%. Rappellons les principales caractéristiques du PERCO. C’est un plan d’épargne salariale ouvert à tous les salariés de l’entreprise pour leur permettre d’épargner pour leur retraite. Toute entreprise disposant d’un plan d’épargne d’entreprise (PEE) depuis au moins 3 ans est tenue de négocier la mise en place d’au moins un produit d’épargne retraite.

Le renfort attendu de la loi Macron

Dans le cadre de la loi Macron ont été votées en août dernier plusieurs mesures dans lesquelles l’AFG voit « des signes encourageants pour le développement et la simplification de l’épargne salariale ».

Désormais sauf demande contraire du bénéficiaire, l’intéressement sera d’office placé sur le PEE (plan d’épargne entreprise) et bloqué cinq ans. Auparavant à défaut d’instruction d’investissement sur le PEE ou le PERCO le montant était versé au salarié et imposé à l’impôt sur le revenu au lieu d’être exonéré contre un engagement de placement et de blocage d’une durée d’au moins cinq années.

Le PERCO bénéficie également de mesures spécifiques. Actuellement sans choix du salarié, les fonds sont versés  très souvent  automatiquement en sicav monétaires. Désormais par défaut les fonds seront investis sur un fonds piloté en fonction de  » l’horizon retraite » du salarié, c’est-à-dire avec une proportion d’actions actions plus ou moins  importante en fonction de l’échéance avant la retraite.

La loi veut surtout inciter les petites entreprises à mettre en place un plan et bénéficier d’un forfait social réduit si le fonds piloté compte au moins 7% de titres de PME ou d’ETI (entreprises de taille intermédiaire) éligibles au PEA PME.

De même, des réductions du forfait social sont accordées pendant six ans aux PME de moins de 50 salariés qui mettent en place pour la première fois une participation ou un intéressement pour leurs salariés.

Enfin par simplification, participation et intéressement seront désormais versés aux mêmes dates, au plus tard le 31 mai. Auparavant  les salariés recevaient la première au plus tard le 30 avril et le second au 31 juillet.

À propos BforBank

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Voir aussi

Successions, donations : ce qui change au 1er janvier ?

La loi de Finances pour 2017 prévoit, à compter du 1er janvier 2017, la suppression ...