(function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-15861956-1', 'auto'); ga('send', 'pageview');
Accueil / Archives par mot-clé : inde

Archives par mot-clé : inde

Le lingot d’or sous la barre des 30 000 euros

conformite_fisc

Le cours du lingot d’or est passé sous la barre des 30 000 euros. Il était précisément à 30 000 euros le 21 novembre dernier et s’établissait à 29 600 euros le 27 novembre 2013, selon les données publiées par la Banque de France. Or : un cours qui n’a cessé de grimpé A l’observation des données historiques récentes, on se souvient que le lingot, pesant un kilo d’or, valait 7 950 euros en janvier 1999. Il a fortement grimpé au cours des années 2000, atteignant 44 490 euros en octobre 2012 ! Le prix de l’or est le plus ...

Lire la suite...

64 roupies pour un dollar : la roupie indienne à son plus bas

Roupie-300x111

Jusqu’où chutera la roupie ? Mercredi 21 août, il fallait 64,54 unités de la monnaie indienne pour un dollar. Depuis mai, la roupie a perdu 20% de sa valeur face au dollar (via Quartz.com).     L’Inde en mal d’investisseurs L’Inde subit depuis ces derniers mois, un mouvement de retrait des fonds d’investissement étrangers, au profit des Etats-Unis. Les perspectives de croissance chez l’Oncle Sam  et la possible remontée des taux à moyen terme attirent particulièrement les investisseurs en quête de meilleurs rendements. Par ailleurs,  ce mouvement s’accompagne d’une baisse de la bourse indienne où les investisseurs s’inquiètent d’une croissance ...

Lire la suite...

L’Inde ralentit…

inde-portail-gouvernement

Vous avez noté ? On entend beaucoup moins parler ces derniers mois du « miracle économique » indien et de ses chiffres de croissance affriolants et que l’on enviait en lorgnant largement dessus, vus depuis l’Europe… L’Inde était même destinée à ne plus seulement être un « atelier de fabrication » du monde, mais aussi à devenir un centre de décision et de commandement. C’est que le pays encaisse le contexte économique mondial difficile, et les aléas de l’investissement. Selon Le Monde d’hier « L’Inde perd son souffle » et même « A New Delhi et Bombay, l’ambiance est morose ». Les derniers indicateurs de performance ne sont ...

Lire la suite...

Coca-Cola, boissons sucrées et responsabilité sociale de l’entreprise

Coca-Cola_-boissons_sucrees_responsabilites_sociale_entreprise

La taxe sur les boissons sucrées, annoncée par le gouvernement, n’a pas été du goût de Coca-Cola et autres producteurs de boissons non alcoolisées. La marque américaine a ainsi menacé d’annuler un investissement en France, avant de se raviser. La taxe représente 1 centime par canette. Elle devrait rapporter 120 millions d’euros. La moitié serait payé par Coca-Cola puisque l’entreprise représente environ 50% du marché français des boissons sucrées (source: Les Echos). Mais au-delà du débat fiscal, c’est bien la question de la responsabilité sociale de l’entreprise qui est posée. Est-elle bien ou mal posée ? Plutôt maladroitement, car le ...

Lire la suite...

Muhammad Yunus conteste son renvoi de la Grameen Bank

Muhammad_Yunus-254x300

Nul n’est prophète en son pays. Muhammad Yunus l’a appris à ses dépens. Il y a quelques jours, le Nobel de la Paix 2006 a été limogé de la Grameen Bank qu’il a fondée en 1983. Le gouvernement de son pays, le Bangladesh, l’a poussé vers la sortie. Officiellement, le motif de son renvoi est administratif. Âgé de 70 ans, Yunus a dépassé l’âge de la retraite, fixé à 60 ans, selon la banque centrale du Bangladesh. Il faut dire que le prix Nobel de la Paix est brouillé depuis des années avec le Premier ministre, Sheikh Hasina. Il bouscule ...

Lire la suite...

Malaise dans la microfinance en Inde

Muhammad_Yunus-150x150

« Dans les années 1970, quand j’ai commencé à travailler sur ce qui allait s’appeler  »microcrédit », un de mes objectifs était d’éliminer la présence d’usuriers qui s’enrichissent sur le dos des pauvres. En 1983, j’ai fondé la Grameen Bank pour proposer de petits prêts que les gens, surtout des femmes pauvres, pourraient utiliser pour se sortir de la pauvreté. A cette époque, je n’aurais jamais imaginé qu’un jour le microcrédit donnerait lieu à sa propre espèce d’usuriers. » Voici ce qu’écrivait Muhammad Yunus, le 6 janvier dernier, en réaction à la crise qui sévit dans la microfinance en Inde. Muhammad Yunus, ...

Lire la suite...