<meta name="google-site-verification" content="7hEeQRRBx4KNzhe86UyIMzjUyZOIZhV3a1Gbd7oIjHA" /> <!-- Google Analytics --> <script> (function(i,s,o,g,r,a,m){i['GoogleAnalyticsObject']=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,'script','//www.google-analytics.com/analytics.js','ga'); ga('create', 'UA-15861956-1', 'auto'); ga('send', 'pageview'); </script> <!-- End Google Analytics -->
Accueil / épargne responsable / La tontine : épargne solidaire et entraide en mode informel

La tontine : épargne solidaire et entraide en mode informel

Ce jour là, douze jeunes femmes se retrouvent dans l’appartement parisien de l’une d’elles. Regroupées sous l’appellation « la Tontine des tigresses », elles animent un blog et ont fait l’objet récemment d’un reportage télévisé sur M6.

Visiblement enjouées, elles s’assoient autour d’une table pour ce qui semble un rituel. A tour de rôle, chacune dépose cent euros sur la table. A la fin, l’une des jeunes femmes empoche la somme totale de 1200 euros.

Derrière ce rituel vous aurez reconnu une « tontine ». C’est une association de personnes qui versent de l’argent à une caisse commune dont le montant est remis à tour de rôle à chaque membre. Les tontines de ce type sont très populaires en Afrique. En France, les communautés africaines y ont recours. On connait aussi d’autres types de tontines pratiquées par les Asiatiques.

Épargne solidaire sur le mode informel

Cette forme d’épargne solidaire appartient à l’économie informelle. Elle remplit des fonctions financières: l’épargne et le crédit. Mais surtout elle permet aux personnes de se rassembler et de s’entraider.

« Dans les cités, pratiquement toutes les femmes ont recours à la tontine. C’est une pratique très répandue. Lancée par les femmes d’Afrique de l’Ouest, « elle touche maintenant toutes les communautés » (source: Le Monde) Non reconnue légalement, la tontine peut être une entrée vers le monde bancaire, selon des professionnels du microcrédit.

Lorenzo Tonti et la Tontine royale

Mais l’origine du mot nous ramène en France, au XVIIeme siècle. Un financier italien, Lorenzo Tonti imagine un nouveau mécanisme de crédit. Il propose l’idée à Mazarin en 1653 à une époque où les finances de l’État dépérissent.

Le principe s’apparente à un emprunt public. L’État propose aux Français de prêter de l’argent. Il récupère le capital et en échange verse une rente à tous les souscripteurs jusqu’à leur mort. A la mort de chaque souscripteur, les survivants se partagent sa part, percevant ainsi plus d’intérêts.

La première Tontine royale suscita peu d’enthousiasme. Elle fut renouvelée en 1689 avec succès. Neuf autres tontines furent lancées sous Louis VIX et Louis XV*.

Des tontines privées d’inspiration sociale

Après la Révolution, d’autres tontines nationales ont été levées, avec moins de résultat.

Des tontines privées, d’inspiration sociale, virent le jour. La tontine des « gens de mer » lancée en 1763 était censée procurer une rente aux marins. « Malheureusement, l’abbé Terray interdisait les tontines sept ans plus tard et l’expérience échoua à devenir la première caisse de retraite », écrit Thierry Pairault dans une étude sur le sujet*.

Des tontines à très, très long terme

Plus tard, la tontine privée de l’économiste Joachim Lafarge fut créée en 1793. Elle est baptisée « Caisse d’épargnes et de bienfaisance ». Cette caisse fut liquidée en 1888, au décès du dernier détenteur, âgé de 106 ans. Et c’est d’ailleurs une des raisons qui mena à l’abandon de ce type de tontine : l’emprunteur n’est libéré que lorsque tous les souscripteurs sont décédés.

Un autre point faible de ces tontines a été soulevé : certains craignaient qu’elles incitent les membres de la tontine à s’assassiner entre eux.

Des tontines de formes diverses

En France, une société commercialise une tontine : le groupe mutualiste Le Conservateur. Il s’agit d’un produit assimilé à une assurance vie. Ce placement de long terme a une durée de 25 ans pendant lesquels l’argent est bloqué.

Pour résumer, la tontine prend principalement deux formes :

  1. Convention par laquelle plusieurs personnes stipulent qu’au décès de chacune d’elles le capital lui appartenant ou la rente de ce capital reviendra aux survivants
  2. Association de personnes versant de l’argent à une caisse commune dont le montant est remis à tour de rôle à chaque membre.

Rappelons également sa forme historique :

  • Procédé d’emprunt par lequel l’État, sous l’Ancien régime, constituait sur la tête de chaque souscripteur une rente viagère qui, à sa mort, était reversée sur l’ensemble des souscripteurs survivants. (Grand Larousse Universel)

Entraide entre membres d’une communauté

Mais les formules sont très variées. Tontine mutuelle, tontine financière, tontine d’épargne, tontine d’entraide familiale, tontine de travail ou tontine commerciale : ces diverses formes de tontine, répertoriées par l’observatoire de la microfinance (rapport 2008), font appel à des mécanismes financiers plus ou moins complexes.

Toutes ces tontines ont un point commun, dans un contexte d’accès difficile au crédit et à la bancarisation : ils renforcent les liens entre les membres d’une communauté.

* Thierry Pairault, Approches tontinières et article Wikipedia

À propos BforBank

Un commentaire

  1. La première tontine royale de 1653 n’a pas vu le jour car le parlement a refusé de ratifier « l’Edict du Roy pour la création de la société de la Tontine Royale du mois de novembre 1653 ».

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Voir aussi

bee-170551_640

La Fable des abeilles de Mandeville

La Fable des abeilles est bien connue. Cette œuvre célèbre de Bernard Mandeville a été ...