Investissez dans le réseau Internet !

Un des Google Datacenters en Oregon

Quinze ans de démocratisation de l’accès à Internet a transformé le monde comme peu de révolution auparavant. Cependant, nous confondons tous allègrement le Web et Internet. Pour faire simple, le Web (l’information texte, vidéo, audio etc) utilise Internet, le réseau physique pour circuler. Internet est donc à la base un ensemble d’éléments matériels : câbles, serveurs, répétiteurs, centrales d’énergie etc. Je ne vous suggère donc pas de reprendre la « bulle Internet » du début des années 200, bien au contraire. En fait, je vais vous expliquer pourquoi il devient intéressant d’investir dans le réseau lui même.

A l’heure actuelle plus de 2 milliards d’humains ont un accès à Internet et aux services qui circulent dessus. Environ un tiers de l’humanité recherche de l’information, la crée, la fait circuler tous les jours. Cette information circulent dans des câbles terrestres ou sous-marins, trans-océaniques, elle circulent aussi dans l’espace, par satellite. Mais toute cette masse d’information doit aussi être stockée quelque part. Elle part dans ce qu’on appelle des « fermes de serveurs » ou datacenters, qui ne sont autre chose que de très grands bâtiments dans lesquels sont installés et connectés des centaines, parfois des milliers d’ordinateurs dont la seule fonction est de stocker et d’envoyer l’information au fur et à mesure des demandes des Internautes.

Google, premier moteur de recherche mondial, est un grand utilisateur de ces fermes de serveurs. Après avoir implanté une série de datacenters en Europe, en Finlande et en Belgique, a décidé de faire un investissement 200 millions de dollars pour faire de même en Asie, Taïwan, Singapour et Hong-Kong. D’autres centres sont prévus pour être installés au Brésil ou en Argentine.

Google n’est bien sûr qu’une entreprise parmi d’autres, ayant ce genre de besoins. Facebook, qui a dépassé les 800 millions de comptes, a aussi besoin d’avoir de nombreuses – et fiables ! – fermes de serveurs pour sauvegarder l’énorme masse d’informations personnelles que donnent les abonnés. Facebook doit de plus sauvegarder l’encore plus grande masse d’informations relayée et partagée par ses abonnés. Et nous pourrions parler de Twitter, LinkedIn, Viadeo, sans compter les dizaines de millions de blogs et les sites de sauvegarde et de partage de photos et vidéos comme Youtube, Flickr ou Dailymotion.

Cloud et objets communicants

Et ce déluge d’information n’est qu’un début : deux phénomènes émergents vont contribuer à multiplier de manière exponentielle cette masse de data à stocker partout autour de la planète :

  • 50 milliards d'objets connectés en 2020 ?

    le Cloud, qui propose de ne plus enregistrer l’information de chacun sur son ordinateur personnel, mais de le faire sur Internet afin qu’elle soit à la fois partageable et accessible de partout.

  • L‘Internet des objets va lui connecter notre environnement quotidien au réseau mondial afin d’avoir des objets plus intelligents : un autoroute qui informera en temps réel les automobilistes de la densité de la circulation, une voiture qui préviendrait lorsqu’elle a besoin d’une révision, une télévision qui garderait en mémoire les programmes préférés de son propriétaire, un réseau d’eau qui alerterait en cas de fuite. D’ici 2020, c’est 50 milliards d’objets qui pourraient être connecté à Internet.

Alors, ces fermes de serveurs ont un bel avenir. Entreprises de bâtiments spécialisées dans la construction de « salles blanches », fabricants de serveurs informatiques, d’onduleurs, de générateurs d’appoint en cas de pannes, etc, c’est tout un secteur de l’économie qui va connaître une croissance très soutenue.

Autre détail : ces serveurs regroupés dans un bâtiments génèrent une quantité non négligeable de chaleur. La climatisation de ces bâtiments est nécessaire et c’est même un des coûts de fonctionnement les plus importants. D’où l’installation de Google en Finlande et en Belgique, deux pays connus pour avoir des températures moyennes assez basses, ce qui permet de mettre en place une climatisation moins gourmande.

Localisation et fraîcheur

Ces datacenters doivent enfin être à proximité des réseaux physiques afin de ne pas avoir trop de coûts de raccordement. Que ce soit dans les pays émergents, où la population connectée va encore croitre considérablement, ou dans les pays développés, qui pourront rapidement investir dans les objets connectés, les zones tempérées fraiches seront privilégiées. Les terrains adjacents aux grands réseaux de données (la SNCF en possède un, performant qui plus est, par exemple) seront préférés.

Une dernière chose : je me demande combien de temps encore nous attendrons un petit malin qui proposera d’utiliser ces datacenters comme… centrales d’énergie thermiques, pour récupérer toute cette chaleur générées par les serveurs. Qui sait, nous pourrions avoir dans dix ans des villages bien informés ayant offert un terrain intéressant à un Google ou un Facebook, en échange de l’installation d’un système de récupération de chaleur qui chauffera l’eau du village et rafraichira les ordinateurs. L’entreprise qui lancera un tel système fera fortune. Et, personnellement, j’y mettrai une partie de mes économies !

Entreprises à suivre :

  • Google : sa croissance en datacenters est un bon indicateur du marché
  • Facebook : même indicateur de croissance du marché que Google
  • Cisco : fournisseur de matériels pour le réseau Internet
  • Siemens : géant européen de l’énergie et des infrastructures
  • Alsthom : concurrent de Siemens
  • EDF : principal fournisseur d’énergie français et d’un des plus gros client potentiels de l’Internet des objets
Share |

Mots-clefs : , , , , , ,


2 commentaires, blog investir sans frontières sur “Investissez dans le réseau Internet !”

  1. [...] Investissez dans le réseau Internet ! « Investir Sans Frontières L'Internet des objets va lui connecter notre environnement quotidien au réseau mondial afin d'avoir des objets plus intelligents : un autoroute qui informera en temps réel les automobilistes de la densité de la circulation, une … Source: blog.bforbank.com [...]

  2. Zaiya dit :

    Phenomenal bareokdwn of the topic, you should write for me too!

Laisser une réponse


+ 7 = douze

Les 5 derniers articles du blog:


  • Investir dans le luxe : pensez chinois !
  • Le vent, un investissement d’avenir
  • Qui peut détrôner Apple ?
  • Investir dans la lutte contre le réchauffement climatique
  • L’homme : l’autre opportunité d’investissement dans la cosmétique