Un manifeste pour l’inclusion bancaire des plus fragiles

Un manifeste pour l'inclusion bancaire des plus fragiles

En France, 99 % des personnes sont bancarisées. Pourtant, l’exclusion bancaire touche plus de 5 millions de Français. C’est pour remédier à ce problème que trois associations ont présenté, le 7 décembre, un Manifeste pour l’inclusion bancaire en France des populations fragiles. L’Union nationale des centres communaux d’action sociale (UNCCAS), la Croix-Rouge française et le Secours catholique sont associés dans cette action.

Selon eux, le problème de l’exclusion bancaire va bien au-delà de l’accès à des produits et des services bancaires. Posséder un compte et une carte bancaire ne veut pas dire qu’on en fera un bon usage, adapté à ses besoins.

L’exclusion bancaire concerne 5 millions de Français

Ainsi, 1,6 million de personnes sont « interdites bancaires » inscrites au fichier central des chèques et 2,5 millions au fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (source : Banque de France).

Selon un rapport récent, 24 % des ménages vivant sous le seuil de pauvreté règlent leurs achats en espèce, contre 8 % pour l’ensemble de la population. De plus, 25 % de ces ménages disposant d’une carte de paiement ne l’utilisent jamais (source : rapport du CREDOC pour le Comité Consultatif du Secteur Financier).

C’est que l’exclusion bancaire ne se résume pas à l’accès aux services bancaires. On la définit comme « le processus par lequel une personne rencontre de telles difficultés bancaires d’accès et/ou d’usage qu’elle ne peut plus mener une vie normale dans la société qui est la sienne », selon une thèse de Georges Gloukoviezoff, citée par le manifeste pour l’inclusion bancaire.

Cette situation a des conséquences financières sur les populations fragiles : réduction du « reste à vivre », surendettement ou non financement de certains besoins et projets vitaux.

Observer, certifier et informer

En remède à ce problème, les trois associations signataires proposent une action en trois volets : observer, certifier et informer.

Un organisme public serait chargé de labelliser les banques ayant les meilleures pratiques d’inclusion bancaire des plus fragiles. Il agirait selon trois axes :

  1. Observer les pratiques bancaires pour établir une base de données permettant l’analyse de la prestation bancaire en direction des plus fragiles.
  2. Certifier les pratiques des établissements bancaires et financiers en matière d’inclusion bancaire sur la base d’une autoévaluation annuelle par les établissements eux-mêmes.
  3. Informer et sensibiliser en fournissant ces données aux banques, aux acteurs sociaux, aux chercheurs et au grand public. Cela s’accompagnerait de mécanismes d’incitation en direction des établissements satisfaisant aux critères de certification.

Les efforts des banques envers les plus fragiles

Les auteurs du manifeste soulignent toutefois les efforts déjà réalisés par les établissements bancaires pour favoriser l’inclusion des populations fragiles :

« création de fondations, mise en place de structures dédiées à l’accompagnement des clients fragiles, promotion d’offres bancaires de base, partenariats avec des réseaux accompagnant dans le cadre du microcrédit personnel ou professionnel, financement d’associations d’éducation financière ».

De son côté, la Fédération Bancaire Française (FBF) note que « les banques mènent depuis plusieurs années une démarche active en faveur des personnes les plus fragiles », dans un communiqué publié suite au manifeste pour l’inclusion bancaire.

L’éducation financière du public

Selon la FBF, « la fragilisation d’une partie de la population appelle l’attention de tous [...] Mais ce n’est pas au niveau de l’accès aux services bancaires que se situe principalement ce problème ». « Ce n’est pas non plus au niveau du crédit car le crédit classique constitue souvent une réponse inappropriée. » De plus « les banques françaises ont développé la Gamme de moyens de Paiement Alternatifs au chèque (GPA) qui permet à toute personne ne disposant pas d’un chéquier d’avoir accès à une carte de paiement ».

La FBF met l’accent sur l’éducation financière.

Les banques « mènent depuis 2004 un vaste programme de pédagogie financière et de formation à destination du grand public et des acteurs sociaux :  » Les clés de la banque «  ».

Enfin, d’autres outils pour améliorer sa culture financière sont également disponibles sur le site La Finance pour tous, développé par l’Institut pour l’Éducation Financière du Public (IEFP).

* In Ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale, Décembre 2010, Rapport au parlement-Suivi de

l’objectif de baisse d’un tiers de la pauvreté en cinq ans.

Share |

Mots-clefs : , , , , , , ,


Un commentaire, blog Epargne résponsable sur “Un manifeste pour l’inclusion bancaire des plus fragiles”

  1. [...] De plus, le microcrédit permet de lutter contre l’exclusion bancaire. [...]

Laisser une réponse


5 − = quatre

Les 5 derniers articles du blog:


  • La Fable des abeilles de Mandeville
  • Le traiteur « Planète Sésame 92″ embauche grâce à l’épargne solidaire
  • L’innovation frugale peut-elle quelque chose pour l’épargne ?
  • 10 associations à soutenir grâce à l’épargne solidaire
  • Qui sont les investisseurs de l’impact investing ?